40 ans de Roissy-Charles de Gaulle, 40 ans d’insomnie et de pollution pour les riverains

L’aéroport Roissy-Charles de Gaulle célèbre le samedi 8 mars 2014 ses 40 ans d’existence. Avec ses 150 compagnies clientes et ses 62 millions de passagers accueillis, il est aujourd’hui l’un des plus importants aéroports du monde. Félicitations.
Pour ces 40 ans, les  riverains de l’aéroport et les Val d’Oisiens souhaiteraient participer à la fête avec en cadeau : la santé et la tranquillité.
Les 116 avions qui atterrissent ou décollent toutes les heures sont autant de perturbations environnementale, sonore, et sanitaire qui nuisent grandement à la vie de plusieurs centaines de milliers de personnes.

Londres-Heathrow, Schipol, ont fortement limité l’autorisation des vols de nuit ; Francfort a même mis en place un couvre-feu sans que cela nuise à sa santé économique.
Qu’attend-t-on pour s’en inspirer ?
Qu’attend-t-on pour mettre en place les procédures d’approches en descente continue, les approches courbes, afin de limiter les bruits et le survol des zones densément peuplées ?
Nos voisins européens réfléchissent et investissent dans les aéroports du XXIème siècle capable de réellement protéger les populations et de concilier développement économique et protection des riverains, tandis que notre pays refuse ce débat et condamne ses aéroports (Charles de Gaulle, Orly, le Bourget…) à accepter sans cesse plus de vols conduisant à des aberrations environnementales.
A quand un débat sur ces questions ?
Alors que les Français payent de lourdes taxes sur le carburant de leur voiture, le kérosène reste le seul carburant non-taxé.
Ce serait pourtant une solution pour inciter les avionneurs à rechercher des méthodes de propulsion moins polluantes et alléger la facture énergétique de nos concitoyens.
A quand la fin du tabou ?
40 ans, ce devrait être l’âge de la maturité. Il est temps pour l’aéroport de se tourner vers le XXIème siècle.

Jean-Pierre Enjalbert
Maire de Saint-Prix
Conseiller général du Val d’Oise

 

Share