Canicule et nuisances aériennes : Jean-Pierre Enjalbert interpelle le Président de la République

Notre pays connait un épisode caniculaire en France et dans le Val d’Oise. Pourtant, des milliers de Val d’Oisiens ne peuvent dormir fenêtres ouvertes et bénéficier de la fraicheur nocturne.

En effet, chaque nuit, 300 000 Val d’Oisiens sont survolés à moins de 1 000 mètres par 163 avions. La canicule aggrave les conséquences sanitaires liées aux nuisances aériennes. La grave atteinte à leur sommeil nuit à la santé des personnes les plus fragiles, des malades, des personnes âgées. En effet, le manque de sommeil a des conséquences incontestables et longuement documentés : pathologies cardio-vasculaires, pathologies du stress… induisant des conséquences accidentogènes.

Ce 21 juin, j’ai écrit au Président de la République et aux ministres des Solidarités et de la Santé et de la Transition écologique et solidaire pour réclamer de l’Etat et de la DGAC la suspension des vols de nuit sur l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle entre 22h et 6h durant la période de canicule.

A plus long terme, j’ai réitéré mon souhait de voir les Val d’Oisiens traités comme les riverains de nombreux autres aéroports. L’interdiction des vols de nuit est en effet une mesure déjà appliquée quotidiennement dans de nombreuses capitales et grandes villes. Elle l’est également à l’aéroport d’Orly.

Les Val d’Oisiens méritent de ne pas être abandonnés à ces nuisances sonores et environnementales que la période de canicule ne fait qu’amplifier. Des mesures énergiques s’imposent.

Jean-Pierre Enjalbert

Maire de Saint-Prix

Médecin

Share