Contrefaçon : l’Europe complice pour Jean-Pierre Enjalbert

Dans un communiqué, le maire Debout la République de Saint-Prix, Jean-Pierre Enjalbert charge la politique Européenne en matière de concurrence. « Le dogme européen du libre-échange intégral du commerce libre et non faussée est un piège mortel », estime-t-il.

Jean-Pierre Enjalbert n’est pas convaincue par la politique européenne en matière de concurrence. Remettant en question le modèle de de « l’Etat providence », il évoque les politiques étrangères.

« Face à des concurrents qui n’assument ni le niveau de protection sociale, de politique de solidarité, de politique éducative, ou de politique environnementale que sont les nôtres, nous n’avons aucune chance de rétablir cette compétitivité », estime l’élu. Et d’ajouter : « L’intelligence, l’innovation ne sont pas exclusivement européenne et c’est faire preuve d’arrogance et de suffisance à l’égard du monde que de le croire ».

Dans un contexte de concurrence qu’il estime « parfaitement faussé », l’élu revient sur une décision de justice. « La meilleure démonstration en est apportée par cet arrêt européen qui empêche désormais les douaniers français d’intercepter les marchandises contrefaites. Ainsi, la Commission Européenne a poussé le ridicule de la démonstration à son comble », fustige-t-il.

Publié sur www.vonews.fr, le 30/10/2012

Share