L’Union européenne cède aux lobbystes et torpille les efforts en faveur de l’automobile propre

Le Parlement européen a voté une réforme des tests anti-pollution pour les constructeurs automobiles. Cédant aux sirènes de lobbystes, l’Union européenne torpille les efforts politiques et industriels en faveur d’une automobile propre.

Afin de réformer les tests en laboratoires, qui ne correspondent pas à l’usage quotidien d’une voiture et passer à des tests sur route, la réforme autorise les constructeurs automobiles à dépasser la limite d’émission de NOx par kilomètre de 110%.

Les automobilistes français, notamment les plus défavorisés, qui roulent avec des automobiles de plus en plus âgées et donc très polluantes, ne seront pas incités à investir dans une voiture plus propre. Pourquoi acheter une nouvelle voiture si le gain en terme de consommation et de pollution est faible ?

Les citoyens, notamment ceux des villes, continueront à subir les émissions polluantes qui contribuent, selon la Cour des comptes, à 17 000 à 40 000 morts prématurés par an !

La rigueur technique et environnementale est primordiale pour préserver l’environnement, la santé des Français et la liberté des automobilistes. Il nous faut pour cela moderniser d’urgence notre parc automobile vieillissant en :

  • incitant les constructeurs à investir pour inventer la voiture consommant moins de 2L/100km et rejetant peu de gaz toxiques ;
  • instaurant un véritable bonus-malus, sous conditions de ressources (classes moyennes) en l’étendant à tous les véhicules essence consommant moins de 4L/100km (pas seulement les véhicules électriques qui ne répondent pas à encore à l’attente de tous les consommateurs).

 

Jean-Pierre Enjalbert

Maire de Saint-Prix

Délégué national à la transition environnementale

Share