Plan Hulot : bien sûr mais à condition de lever les ambigüités !

Le ministre de la Transition écologique et solidaire a présenté son plan climat avec, notamment, l’interdiction de la vente des voitures roulant à l’essence et au diesel d’ici 2040. C’est un objectif salutaire pour la planète et ambitieux pour notre pays que je tiens à saluer.

Un objectif qui, pour ne pas rester à l’état de simple promesse, doit se matérialiser par des mesures concrètes en direction de l’industrie automobile, des routes et de leurs équipements électriques, des ménages et, bien sûr, de la production électrique nécessaire au surcroît de consommation qu’engendrera cette mesure.

Or, l’Etat, en ce domaine, a envoyé des signaux pour le moins contradictoires. Saint-Prix dispose d’une importante centrale photovoltaïque sur le toit de son complexe sportif. Lorsque la Municipalité a souhaité agrandir encore cette centrale et accroître la production d’énergies renouvelables, la commune en a été empêché par l’Etat et le Décret n° 2016-691 du 28 mai 2016 de Ségolène Royal et Emmanuel Macron interdisant de construire deux centrales photovoltaïques…à moins de 250m de distance.

Les collectivités sont le relais idéal de l’Etat pour installer harmonieusement et intelligemment des structures de production d’énergies renouvelables. Il est temps que les pouvoirs publics les encouragent réglementairement et économiquement à investir en ce sens. Je ferai prochainement des propositions en ce sens.

 

Jean-Pierre Enjalbert

Maire de Saint-Prix

Share