Réduction des dotations aux communes : les Français volés par procuration !

Les impôts n’ont cessé d’augmenter durant le mandat socialiste. Pour quel bilan, quel retour pour les Français ? Peu de chose ! Car l’Etat est empêtré dans des déficits abyssaux.

Faute de véritables réformes qui nécessitent un diagnostic et du courage, le Président Macron impose de nouveaux coups de rabot (Justice, APL, Défense…) et de nouveaux efforts aux collectivités auxquelles, pourtant, l’Etat a transféré toujours plus de charges.

En asséchant financièrement les communes, les citoyens se rendent-ils compte que c’est encore eux que l’on vole ?

En première analyse, ils ne seront pas sensibles à cette idée. C’est devenu un lieu commun, répété tel un mantra : les collectivités dépensent trop pour leur fonctionnement. Il serait temps, qu’enfin, elles réduisent la voilure, entend-t-on.

Oui mais la réalité est tout autre, et en baissant les dotations aux collectivités, c’est bien les Français que l’on vole !

Car, bien évidemment, les dépenses de personnel qui constituent une large part des dépenses de fonctionnement sont quasi incompressibles du fait du statut de la fonction publique. Plus injuste encore, de larges parts de dépenses de fonctionnement résultent des décisions de l’Etat ! Que l’on songe à la réforme des rythmes scolaires ou à la multiplication insensée des normes. Le rapport 2017 du Conseil national d’évaluation des normes (CNEN) indique, en effet, que l’an dernier, l’instance pilotée par les élus locaux et l’Etat a examiné 36 % de normes de plus qu’en 2015 (544 textes), générant des charges nettes de 5,4 milliards d’euros par an pour les collectivités !

Quand les élus voient leurs recettes diminuer par les coups de rabots successifs de l’Etat et qu’ils ne peuvent réduire à leur guise leurs dépenses de fonctionnement, c’est donc bien les investissements qui seront sacrifiés.

Mais qu’est-ce donc que les investissements sinon une nouvelle école, une rue embellie, des trottoirs sécurisés… Les investissements, c’est le bien commun, le patrimoine de chaque administré qui est rendu plus attractif et valorisé.

Or, d’après l’agence Standard’s &Poors, les baisse de dotations aux collectivités se sont traduites par une diminution des investissements de 6% par (3,5% en 2016) ! Rappelons que les collectivités représentent 70% des investissements publics.

Ainsi, les seules victimes seront bien, une fois encore, les Français. Il est essentiel pour les élus de le dénoncer haut et fort pour assurer l’avenir de nos territoires et valoriser le patrimoine des Français !

 

Jean-Pierre Enjalbert

Maire de Saint-Prix (95)

Share