Taxe carbone : quand le gouvernement puni les ménages à hauteur de 83 € en 2016

La taxe carbone, mise en place par le gouvernement en 2014, pénalise les ruraux et les familles monoparentales dénonce un rapport du Commissariat général au développement durable (CGDD). Malgré les promesses de Ségolène Royal, l’écologie punitive a donc encore de beaux jours devant elle. L’environnement, lui, n’est pas plus protégé.

En 2016, le surcoût moyen a été de 83 euros par ménage ; la ponction pourrait atteindre les 245 euros par an en 2020 ! Cette surtaxe pénalise principalement les ruraux qui sont contraints d’utiliser plus souvent leur voiture et sur de plus grandes distances. Des ruraux qui doivent également chauffer des habitations plus grandes et moins isolées.

Une véritable double peine pour nos compatriotes ruraux ! Avec la désertion des services publics et des emplois, ils seront encore un peu plus incités à venir gonfler les métropoles déjà saturées et polluées… Les Verts et les Socialistes, véritables apprentis sorciers de l’écologie punitive, concentreront donc encore notre population dans d’infimes parties du territoire où l’on manque de logements, de transports, d’espaces verts et naturels tout en laissant le reste du territoire national à l’abandon…

Pendant ce temps, la taxe carbone, qui repose aux deux-tiers sur les ménages, ne touche pas les grands groupes qui importent des produits de l’autre bout du monde. Le coût carbone d’un t-shirt chinois importé est pourtant probablement plus élevé que celui du chauffage de nos compatriotes ruraux !

A quand la fin des idéologies vexatoires sensées protéger l’environnement ? Les mesures de bon sens sont urgentes.

Jean-Pierre Enjalbert

Maire de Saint-Prix

Délégué national à la transition environnementale

Share