Transition énergétique : beaucoup d’ambition et peu de moyens

 

Ségolène Royal a présenté, en Conseil des ministres, son projet pour assurer la transition énergétique de notre pays. Pour résumer simplement la situation, c’est beaucoup d’ambitions pour peu de moyens.

Personne, aujourd’hui, ne peut raisonnablement remettre en cause la nécessité de la transition énergétique. Au vu de la forte hausse de la consommation d’énergies dans le monde et de la raréfaction des ressources, il est urgent pour la préservation de l’environnement comme pour l’indépendance de notre pays de s’appuyer sur un nouveau mix énergétique. Les objectifs d’économie d’énergie et de montée en puissance des énergies renouvelables sont donc une ambition nécessaire.

Mais l’on ne peut que rester dubitatif devant les moyens mis en œuvre. La « mobilisation des territoires » espérée par Ségolène Royal entre, en effet, en complète contradiction avec la volonté gouvernementale de brider l’investissement des collectivités territoriales.

Comment espère-t-elle que les mairies ou les intercommunalités puissent investir dans le développement des énergies renouvelables à leur échelle quand la baisse des dotations de l’Etat pourrait atteindre jusqu’à 35% ?

Comment espère-t-elle que la transition énergétique devienne une priorité auprès des élus locaux quand, avec de nouvelles dépenses comme la réforme des rythmes scolaires, les budgets locaux sont plombés ?

Comment espère-t-elle voir le développement durable au programme des politiques municipales quand, trahissant la parole donnée aux élus, le projet de loi de finances rectificative 2014 n’aborde pas la question de l’annulation de la privation du produit de la taxe électricité (TCCFE) dont bénéficiait les communes pour investir dans les énergies vertes ?

L’objectif est louable mais les moyens reposent sur des collectivités privés de leviers d’action. Le risque donc est grand de voir la transition énergétique réduite à un vœu pieu.

 

Jean-Pierre Enjalbert

Maire de Saint-Prix

Conseiller général du Val d’Oise

Share