Villepin accueilli en star à l’exposition pour la commémoration du 40e anniversaire de la mort du général de Gaulle

« A Saint-Prix, on n’a jamais vu ça… » Jean-Pierre Chastaing n’en revient pas. La petite exposition que le conseiller municipal a élaborée pour la commémoration du 40e anniversaire de la mort du général de Gaulle était visitée hier soir par Dominique de Villepin… escorté d’une spectaculaire cour de journalistes. Tous les médias nationaux étaient entassés dans le minuscule espace de la Fontaine-aux-Pèlerins.

L’ancien Premier ministre avait su créer l’événement, en critiquant ouvertement le président de la République quelques jours seulement avant la date anniversaire. Hier, la polémique était dans l’air. « Pensez-vous que Nicolas Sarkozy soit aussi gaulliste que vous ? » lui demandait-on sans cesse. Dominique de Villepin a affiché une sobriété à toute épreuve.« C’est un moment et une exposition qui nous élèvent, a-t-il lâché. De Gaulle est la figure qui nous permet de sortir des mesquineries du quotidien. »

C’est finalement le maire de Saint-Prix, Jean-Pierre Enjalbert (Debout la République), qui s’est chargé de l’offensive, dénonçant pêle-mêle la participation de la France au conflit en Afghanistan, l’effondrement du tissu industriel français et les dangers encourus par l’école et le système de santé. « Toute cette érosion représente un gros problème pour la France et vous le dites avec brio monsieur de Villepin, j’espère que les Français vous écouteront », a loué Jean-Pierre Enjalbert, amorçant un rapprochement avec le groupe des villepinistes de l’UMP.

Au fond de la salle, les nombreux badauds attirés par l’événement sont un peu déçus. « Nous étions venus pour voir Dominique de Villepin, racontent Danièle et Michel, venus depuis Domont. Mais il y a tellement de monde qu’on ne l’a pas vu. Et on ne l’entend pas… » Le couple a eu tout le temps de visiter l’exposition historique, que l’ancien Premier ministre a à peine regardée. « Le reste du temps, il n’y a personne! Ce matin, c’était vide, on apprécie mieux les photos », assure Jean-Pierre Chastaing.

Il a eu l’idée d’un tel événement avec un autre habitant de Saint-Prix, Jacques Bracciali, lui-même très proche de Villepin. Les deux hommes ont réuni divers documents. C’est finalement l’intervention d’un voisin précieux nommé Bernard de Gaulle qui a fait le reste. Le neveu du Général, domicilié à Valmondois, a ouvert la collection historique de la Fondation Charles de Gaulle à la ville de Saint-Prix.

A Goussainville, l’ancienne maire UMP, Elisabeth Hermanville, a organisé hier soir sa propre commémoration de la mort du général de Gaulle devant le monument aux morts du Vieux Pays, dénonçant « la suppression de cette cérémonie par l’actuelle municipalité ».

Publié sur Le Parisien, le 10/11/2010

Share